Pharmacie du Trèfle - Flux RSS d'actualités santé Les dernières actualités de Pharmacie du Trèfle sur la santé, de la médecine et des pharmaciens, ainsi que les études sur les maladies. https://pharmaciedutrefle.pharm-upp.fr/actualites Sun, 29 Nov 2020 08:51:17 +0100 <![CDATA[Movember, le mois de la moustache]]> Chaque année depuis 2003, Movember Foundation est une association qui invite les hommes à se faire pousser la moustache durant tout le mois de novembre. Les objectifs sont de sensibiliser la population générale à la santé masculine et de récolter des dons pour financer la recherche sur les cancers de l’homme comme celui de la prostate ou des testicules. L’état de santé des hommes est en crise, dans le monde entier en moyenne les hommes meurent 6 ans plus tôt que les femmes.

 

Quelles sont les missions de cette association ?

Movember Foundation se consacre aux problèmes de santé masculine. Les problèmes de santé mentale touchent plus fréquemment les hommes que les femmes, l’Organisation Mondiale de la Santé évalue à 510 000 le nombre d’hommes qui se suicident chaque année dans le monde. Le cancer de la prostate et des testicules ont également un impact considérable sur l’espérance de vie des hommes. L’objectif premier est de financer des solutions révolutionnaires afin d’apporter des améliorations aux hommes atteints de cancer, de problèmes de santé mentale et d’inactivité physique.

 

Comment s’engager dans le Movember ?

Pour participer aux actions de la Movember Foundation, tout d’abord pour les hommes, laissez-vous pousser la moustache, peu importe l’aspect qu’elle aura, vos visages seront les garants du succès de cette cause. Pour toutes les personnes qui souhaiteraient participer, marchez ou courez 60km au cours du mois pour les 60 hommes qui se suicident à chaque heure dans le monde. Vous pouvez également rassembler une équipe avec des amis, collègues, la famille... et réaliser un évènement simple et ludique, virtuel ou en personne. Ou encore faire un don en allant sur le lien suivant https://fr.movember.com/donate.

 

Le mois de novembre touche à sa fin mais il n’est pas trop tard pour participer.

 

Source :

https://fr.movember.com/?home

]]>
https://pharmaciedutrefle.pharm-upp.fr/actualites/1002-movember-le-mois-de-la-moustache
<![CDATA[L’antibiorésistance chez les animaux : que faut-il savoir ?]]> Le 18 Novembre avait lieu la Journée européenne d’information sur l’antibiorésistance. L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) a publié lors de cette journée les résultats sur la surveillance annuelle des bactéries résistantes aux antibiotiques chez les animaux et du suivi des ventes d’antibiotiques vétérinaires.

 

Quelles sont les observations de l’ANSES ?

De manière générale, ils observent une baisse ou une stabilisation du taux de bactéries résistantes. En 2019, l’exposition des animaux aux antibiotiques a baissé de quasiment 11% par rapport à l’année d’avant. En ce qui concerne les bactéries multirésistantes (c’est-à-dire insensibles à plus de 3 antibiotiques), elles sont aussi en baisse dans toutes les filières animales.

 

Quel est le suivi de l’usage des médicaments vétérinaires ?

L’ANSES via l’Agence nationale du médicament vétérinaire (ANMV) suit la vente des antibiotiques à usage vétérinaire et l’exposition des animaux à ces derniers. La quantité d’antibiotiques vendus est en diminution constante, en 2019, elle est en baisse de 10,5% par rapport à 2018. Les principaux résultats montrent que le niveau d’exposition est au plus bas depuis le début du plan EcoAntibio mis en place le 18 Novembre 2011 par le ministère en charge de l’agriculture.

 

Qu’est ce que le plan EcoAntibio ?

Le plan EcoAntibio a 5 axes principaux : promouvoir les bonnes pratiques et sensibiliser les acteurs, développer les alternatives évitant les recours aux antibiotiques, renforcer l’encadrement des pratiques et des règles de prescription commerciales, améliorer le dispositif de suivi de la consommation des antibiotiques, de l’antibiorésistance et promouvoir la même approche à l’échelon européen et international.

Ce plan avait été mis en place pour 5 ans, de 2012 à 2017 et il a été reconduit jusqu'en 2021.

L’utilisation de façon raisonnée des antibiotiques a été très bien menée depuis ces dernières années, les efforts doivent continuer pour rester sur cette bonne dynamique.

 

Source :

https://www.anses.fr/fr/content/surveiller-et-mieux-conna%C3%AEtre-la-diffusion-de-l%E2%80%99antibior%C3%A9sistance-chez-les-animaux-ce-qu%E2%80%99il

https://www.journee-mondiale.com/358/journee-europeenne-d-information-sur-les-antibiotiques.htm#:~:text=La%20journ%C3%A9e%20europ%C3%A9enne%20d'information,par%20de%20nombreux%20pays%20europ%C3%A9ens.

https://agriculture.gouv.fr/plan-ecoantibio-2012-2017-lutte-contre-lantibioresistance

]]>
https://pharmaciedutrefle.pharm-upp.fr/actualites/999-lantibioresistance-chez-les-animaux-que-faut-il-savoir
<![CDATA[#MoisSansTabac]]> La cigarette est source de nombreux plaisirs dont les fumeurs deviennent très vites dépendants. Il est important de savoir qu’1 à 2 cigarettes par jour sont suffisantes pour augmenter le risque de développer des maladies. L’arrêt du tabac permet d’améliorer la qualité de vie et de santé pour soi et pour son entourage. Depuis le 1er Novembre a lieu la campagne « MoisSansTabac », alors il est encore temps de prendre la décision d’arrêter de fumer et de se faire aider durant cette campagne motivante.

 

Quelles sont les raisons d’arrêter de fumer ?

Peu importe l’âge et le moment où vous arrêtez de fumer, dans tous les cas les bénéfices sont là. L’arrêt de la cigarette réduit la mortalité liée aux maladies cardiovasculaires et au cancer broncho-pulmonaire.

Dès l’arrêt du tabac, le risque de cancer du poumon diminue. Après 1 an sans tabac, le risque d’infarctus du myocarde est diminué de moitié et le risque d’accident vasculaire cérébrale est au même niveau qu’un non-fumeur.

En quelques jours, vous perdrez vite les odeurs de tabac froid dans votre environnement, votre goût et votre odorat s’amélioreront, votre respiration sera plus facile et votre énergie augmentera.

 

Quelles sont les aides pendant le MoisSansTabac ?

Sur le site https://mois-sans-tabac.tabac-info-service.fr/, inscrivez-vous et commandez le kit d’aide à l’arrêt. Ce kit contient tout le nécessaire pour vous accompagner quotidiennement.

Vous pouvez aussi contacter le 39 89*, un tabacologue sera à votre écoute et vous conseillera.

L’application Tabac info service (https://www.tabac-info-service.fr/je-me-fais-accompagner/je-telecharge-l-appli ) est personnalisable en fonction de vos habitudes, vos motivations et vos inquiétudes. Mais surtout elle vous donne en direct l’évolution de votre consommation et les bénéfices pour votre santé et votre porte-monnaie !

La communauté Facebook « Tabac info service #moissanstabac » peut-être un moyen supplémentaire pour vous aider.

N’hésitez plus, c’est le moment de se lancer pour arrêter de fumer. Parlez-en à votre médecin ou votre pharmacien, ils sauront aussi vous guider dans votre démarche.

(*) : appel gratuit (1er appel facturé aux prix d’un appel normal) du lundi au samedi de 8h à 20h.

 

Source :

https://mois-sans-tabac.tabac-info-service.fr/

https://www.santepubliquefrance.fr/determinants-de-sante/tabac/documents/depliant-flyer/pourquoi-arreter-de-fumer

https://www.service-public.fr/particuliers/actualites/A14364

]]>
https://pharmaciedutrefle.pharm-upp.fr/actualites/985-moissanstabac
<![CDATA[Covid-19 : Le reconfinement]]> Dans le dernier point sur la situation épidémiologique publié par Santé Publique France le 29 octobre, les indicateurs nationaux montrent une importante accélération de l’épidémie de COVID-19. Les personnes les plus touchées sont les personnes âgées de 65 ans et plus. Pour pallier cette 2ème vague, le président de la République a lancé un reconfinement ce 29 octobre dernier à minuit et ce jusqu’au 1er décembre. Les principes ne sont pas strictement identiques à ceux de mars dernier.

 

Quelles sont les différences avec le confinement de mars ?

Pour se déplacer il y aura désormais 3 attestations au lieu d’une ; une attestation dérogatoire de déplacement, une pour le justificatif de déplacement professionnel et une pour le déplacement scolaire. (1)

Beaucoup plus de commerces et d’entreprises resteront ouverts, seuls les commerces qualifiés de « non essentiels » par le gouvernement comme les librairies, disquaires, coiffeurs... seront fermés.

En ce qui concerne l’enseignement, tous les établissements scolaires resteront ouverts sauf les universités, qui seront fermées et dispenseront les cours à distance en viso conférence.

Les visites aux personnes âgées dans les Ehpad pourront continuer avec un protocole sanitaire strict.

Le déplacement pour prendre l’air de 1h à moins d’1km de son domicile est de nouveau de rigueur pour ce reconfinement, mais cette fois-ci les parcs et jardins resteront accessibles.

 

Que faire de plus pour limiter la propagation du virus ?

Bien évidemment les gestes barrières restent toujours de mise.

Le gouvernement a mis à jour l’application StopCovid, elle s’appelle maintenant TousAntiCovid. (2) Cette application permet aux personnes positives de prévenir immédiatement les personnes qu’elles auraient pu contaminer durant la période de contagiosité. Elle permet donc d’alerter et d’être alerté. Plus elle sera utilisée, plus l’évolution de l’épidémie sera controlée.

 

Source :

  1. https://www.interieur.gouv.fr/Actualites/L-actu-du-Ministere/Attestations-de-deplacement
  2. https://www.gouvernement.fr/sites/default/files/cfiles/tous_anticovid_application.pdf

https://www.service-public.fr/particuliers/actualites/A14405

https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus/tousanticovid

https://www.santepubliquefrance.fr/dossiers/coronavirus-covid-19

]]>
https://pharmaciedutrefle.pharm-upp.fr/actualites/970-covid-19-le-reconfinement
<![CDATA[Du nouveau dans l'indication des tests Covid]]> Le 9 Octobre dernier, la Haute Autorité de Santé (HAS) a fait un communiqué de presse sur la performance des tests antigéniques sur prélèvement nasopharyngé. Dans celui-ci, elle indique aussi quel test utiliser dans 3 situations cliniques différentes. 

Définition et avantages des tests antigéniques


Les tests antigéniques indiquent si la personne est contaminée par le coronavirus au moment du test. Ce test détecte des fragments de virus sur les prélèvements nasopharyngés. Le résultat est beaucoup plus rapide que le test RT-PCR ; aujourd’hui on l’obtient en 30 minutes. Le second avantage est qu’il ne doit pas obligatoirement être fait en laboratoire, les médecins, infirmiers et pharmaciens peuvent le réaliser. Ils s’insèrent dans la politique de dépistage nationale en complément de ce qui existe déjà.

 

Les 3 situations cliniques à distinguer

  • Pour les patients avec des symptômes ne pouvant obtenir un résultat du test RT-PCR dans les 48h, la HAS recommande de réaliser un test antigénique dans les 4 premiers jours. Si le test antigénique est positif, il devra être confirmé par un test RT-PCR.
  • Pour les personnes sans symptôme n’étant pas des personnes-contacts, la HAS reconnaît l’utilité des tests antigéniques afin de débusquer des clusters. Les personnes concernées sont celles qui vivent, étudient ou travaillent dans des endroits confinés.
  • Pour les personnes-contacts sans symptôme, c’est le test virologique RT-PCR qui reste la référence pour le moment, dans l’attente des résultats de plusieurs études en cours.

La HAS surveille les évolutions des tests afin de faciliter la détection. Il est normalement attendu des tests antigéniques avec prélèvements salivaires, moins invasifs. Le graal est le développement d’autotests que chacun pourra faire chez soi !

Les tests sont importants dans la stratégie de lutte contre le Covid 19 ; ils sont complémentaires aux indispensables gestes barrière !

]]>
https://pharmaciedutrefle.pharm-upp.fr/actualites/963-du-nouveau-dans-lindication-des-tests-covid
<![CDATA[Campagne vaccinale antigrippale]]> Le ministère des solidarités et de la santé a publié un communiqué de presse ce 13 octobre dernier sur la vaccination antigrippale 2020-2021. Chaque année, 2 à 6 millions de personnes sont touchées par le virus de la grippe. L’année dernière, le taux de vaccination sur les populations ciblées n’était que de 47,8%. Cette année, la co-circulation du virus de la grippe et du virus du SARS-COV2 ne peut être exclue. C’est pourquoi le ministère, Santé publique France et l’assurance maladie insistent sur l’importance d’une vaccination antigrippale élevée chez les personnes à risque.

 

Quelles sont les personnes à cibler pour cette vaccination ?

La vaccination des personnes les plus fragiles est recommandée car ce sont églement eux qui sont à risque d’infection grave au Covid-19. Les personnes âgées de 65 ans et plus, les personnes souffrant de pathologies chroniques (insuffisance respiratoire, cardiaque, rénale, diabète, asthme, bronchopneumopathie obstructive...), les personnes obèses, les femmes enceintes et l’entourage des nourrissons de moins de 6 mois et des personnes immuno déprimées sont les personnes concernées.

Les professionnels de santé sont aussi invités à se faire vacciner étant donné qu’ils sont en contact direct avec les personnes à risque. La vaccination leur permettra de se protéger eux même ainsi que leurs patients. La préservation des professionnels de santé contre la grippe permettra de garder la bonne continuité des soins.

 

Quelle est la prise en charge du vaccin antigrippal ?

Les personnes ciblées par les recommandations et les professionnels de santé libéraux ont reçu par voie postale des bons de prise en charge par l’assurance maladie. Si vous faites partie de ces personnes et que vous n’avez pas reçu de bon, il peut être délivré par un médecin, une sage-femme, un infirmier ou un pharmacien.

Si vous souhaitez vous faire vacciner mais que vous n’êtes ni une personne à risque, ni un professionnel de santé, le ministère conseille de prévoir la vaccination en décembre afin de laisser les personnes fragiles se faire vacciner en priorité.

Pour toutes questions n’hésitez pas à vous rapprocher d’un professionnel de santé.

Source :

 https://solidarites-sante.gouv.fr/actualites/presse/dossiers-de-presse/article/information-presse-vaccination-contre-la-grippe-2020-2021

]]>
https://pharmaciedutrefle.pharm-upp.fr/actualites/949-campagne-vaccinale-antigrippale
<![CDATA[Octobre rose : "1 femme sur 8 risque de développer un cancer du sein"]]> Octobre 2020 célèbre sa 27ème campagne d’information sur le dépistage précoce et de lutte contre les cancers du sein. L’association créée en 1994 « Le Cancer du Sein, Parlons-en ! » est devenu « Ruban Rose » depuis juin 2020. Chaque année, la campagne organisée par cette association mobilise de nombreux acteurs à l’échelle nationale. Toute l’année elle soutient la recherche médicale et informe le plus grand nombre. Octobre rose permet d’intensifier ces deux actions.

 

Quelques chiffres importants

Aujourd’hui en France, 1 femme sur 8 risque de développer un cancer du sein au cours de sa vie. 54 000 nouveaux cas sont détectés et près de 12 000 femmes en décèdent tous les ans. Ce qui est rassurant c’est que sur 5 grosseurs examinées, 4 sont totalement bénignes. Le dépistage « organisé » a été mis en place en 2004, il permet aux femmes de 50 à 74 ans, de bénéficier d’une mammographie prise en charge à 100% tous les 2 ans.

 

Les progrès de la recherche médicale

La recherche médicale permet de faire des progrès dans les traitements de lutte contre le cancer du sein mais aussi dans le dépistage de celui-ci.

En terme de traitement, ils existent déjà la chimiothérapie, l’immunothérapie et l’hormonothérapie.

Dans les traitements de chimiothérapie, plusieurs nouvelles molécules ont été découvertes ses dernières années et les recherches actuelles sont basées sur des associations de médicaments entre eux afin d’augmenter leurs efficacités.

D’autres approches sont en cours de recherches comme les traitements anti-angiogéniques. Ces traitements bloqueraient le développement des vaisseaux sanguins qui viennent nourrir la tumeur cancéreuse.

En ce qui concerne l’imagerie, la mammographie et l’échographie sont des examens fiables avec des appareils de plus en plus modernes. Le mammotone est un appareil plus récent, qui permet de faire des biopsies larges du sein faciles et précises.

 

Si vous souhaitez participer à la recherche, vous pouvez faire des dons en ligne sur le site suivant https://www.espaceasso.caisse-epargne.fr/app/site/12572-cancerdusein.

 

Source :

https://www.cancerdusein.org/index.php

]]>
https://pharmaciedutrefle.pharm-upp.fr/actualites/946-octobre-rose-1-femme-sur-8-risque-de-developper-un-cancer-du-sein
<![CDATA[Café : bon ou mauvais pour la santé ?]]> Ce jeudi 1er octobre était la journée internationale du café. L’Organisation Internationale du Café (OIC) réunit les gouvernements exportateurs et importateurs. Ses gouvernements membres représentent 98% de la production mondiale. Le café est l’une des boissons les plus consommées dans le monde mais voyons quels sont les bienfaits et les méfaits de cette boisson sur la santé.

 

Qu’est-ce que la caféine ?

La caféine est le principe actif du café. C’est un stimulant qui accélère le fonctionnement du système nerveux et du système cardio-vasculaire. Ses effets commencent à agir en 5 minutes pour atteindre leur maximum au bout d’une demie heure. C’est elle qui va faire varier les bienfaits et les méfaits du café.

 

Quels sont les bienfaits du café ?

Lorsqu’il est consommé de manière raisonnable, le café a des propriétés bénéfiques sur la santé. Il améliore l’attention, la vigilance, la concentration et aide à lutter contre la somnolence et l’endormissement. Des études ont montré que le café avait un pouvoir antioxydant qui fournirait une protection contre le stress oxydatif. Il serait donc protecteur de certaines pathologies comme la maladie de Parkinson, les crises de goutte et les maladies du foie comme la cirrhose.

 

Quels sont les méfaits du café ?

A contrario, l’abus de café peut entrainer des effets nocifs sur la santé. Un excès de caféine peut provoquer des maux de tête, des maux d’estomac ou une nervosité et retarder l’endormissement. Une consommation importante de café peut provoquer une accélération du rythme cardiaque ou des convulsions d’autant plus chez les personnes n’ayant pas l’habitude d’en consommer.

Attention chez la femme enceinte ou allaitante, la caféine passe la barrière hémato-encéphalique et peut se retrouver dans le lait maternel (risque de retard de croissance du fœtus, risque de contamination du lait).

 

Boire du café a du bon mais avec modération !

 

Source :

https://www.internationalcoffeeday.org/

www.fedecardio.org

]]>
https://pharmaciedutrefle.pharm-upp.fr/actualites/937-cafe-bon-ou-mauvais-pour-la-sante
<![CDATA[Urgence don de sang]]> François Toujas, le président de l’Etablissement Français de la Santé (EFS) a lancé un appel urgent au don du sang vendredi dernier. Les réserves de sang sont actuellement au plus bas. La conséquence directe de cette pénurie sera une baisse de la qualité de prise en charge des malades. Celui-ci explique quelles sont les causes de cette pénurie et comment faire pour y remédier.

 

Quelles sont les causes de la pénurie de sang ?

Durant le confinement, le nombre d’intervention était réduit, la demande en sang était donc faible mais désormais l’activité hospitalière a repris.

Les Français sont partis en vacances et n’ont pas pris le temps d’aller donner leur sang.

De plus, environ 25% des collectes se font au sein des universités et des entreprises, avec le télétravail, les cours en visioconférence et le respect des gestes barrières... il y a beaucoup moins de donneurs.

 

Quelles sont les solutions ?

Le président de l’EFS demande aux Français de donner dans les jours et les semaines qui viennent et ce de façon très régulière. Il est important de savoir que la durée de vie des produits sanguins est limitée : 7 jours pour les plaquettes et 42 jours pour les globules rouges. Les mesures de distanciation et de gestes barrières limitent les cadences de prélèvement, de ce fait il est recommandé de prendre rendez-vous dans des maisons du don. Avec ce lien https://mon-rdv-dondesang.efs.sante.fr/ vous pourrez prendre rendez-vous dans le centre le plus proche de chez vous.

Cependant, il est important d’être très vigilant : vous ne pouvez pas vous rendre dans des collectes si vous présentez des symptômes grippaux, si vous avez le Covid ou si vous avez été en contact étroit avec un cas confirmé de Covid-19 au cours des 14 derniers jours.

C’est maintenant et c’est urgent, prenez 1h de votre temps pour sauver 3 vies !

Source :

https://dondesang.efs.sante.fr/

]]>
https://pharmaciedutrefle.pharm-upp.fr/actualites/932-urgence-don-de-sang
<![CDATA[Les syndicats de biologie demandent l'arrêt du dépistage massif]]> Depuis le 14 Juillet, il est possible de réaliser un test de RT-PCR pour la Covid dans les laboratoires de biologie médicale sans ordonnance et avec une prise en charge à 100% par la sécurité sociale. Entre juillet et septembre les demandes de dépistage ont triplé. Les laboratoires privés n’arrivent plus à faire face à cette demande, les files d’attentes et les délais pour avoir les résultats sont de plus en plus long. Le syndicat des jeunes biologistes médicaux et le syndicat des biologistes souhaitent que des mesures soient prises.

 

Quels sont les problèmes de ces dépistages massifs pour les syndicats de biologie ?

L’afflux de la demande est très important mais il n’y a pas de priorisation. Actuellement, les patients symptomatiques peuvent attendre leurs résultats plusieurs jours et cette attente entraine un retard de prise en charge des cas contacts.

De plus, pour faire face à l’affluence, certains laboratoires ont réussi à faire leur stock de réactifs mais d’autres commencent à être en pénurie. Certains fournisseurs de réactifs n’arrivent pas à répondre à cette forte demande, d’autant plus que celle-ci est mondiale.

Le personnel des laboratoires est aussi mis tension, il ne faut pas oublier qu’il n’y a pas que la Covid, le reste des prises en charge courante doit se faire dans de bonnes conditions.

 

Quelles sont les propositions des syndicats ?

Les syndicats demandent qu’il y ait des priorisations. Ils proposent que les personnes symptomatiques, les cas contacts et les personnes asymptomatiques à risques (retour de voyage dans des pays où l’épidémie est importante) soient dépistées en priorité et que ce dépistage se fasse sur la base d’une ordonnance médicale.

La mise en place d’une stratégie de dépistage permettra de cibler les patients zéro et leurs cas contact pour réagir face aux nouveaux foyers.

Ils appellent aussi au civisme des Français, et leurs demandent de ne pas aller se faire tester de façon inutile.

Source :

https://www.sdbio.eu/testlogin/covid-19-et-depistage-de-masse-interview-de-francois-blanchecotte-president-du-sdb

https://sjbm.fr/la-biologie-medicale/communiques-de-presse-sjbm/819-politique-consumeriste-de-rt-pcr-trop-c-est-trop

]]>
https://pharmaciedutrefle.pharm-upp.fr/actualites/926-les-syndicats-de-biologie-demandent-larret-du-depistage-massif